Grèce : 74e anniversaire de la création de l’EAM

74e anniversaire de la création de l’EAM, le grand Front National de Libération qui a résisté pendant plus de 3 ans, de 1941 à 1944, à la triple occupation allemande, italienne et bulgare de la Grèce.

Le 27 septembre 1941, il y a 74 ans, quatre hommes se réunissaient dans une petite maison isolée, sur le flanc nord du Lycabette, pour signer le texte fondateur du Front National de Libération (EAM).

Les quatre hommes qui se rencontrèrent ce soir-là représentaient des partis divers, mais qui appartenaient tous à la gauche, qu’elle fût modérée ou révolutionnaire. Cependant la porte restait ouverte à tout parti désireux de participer à la lutte de libération nationale, quelles que soient son orientation politique et son idéologie.

Il semble que le texte fondateur de l’EAM ait été signé par les participants à la réunion aux petites heures du jour suivant. La déclaration porte en effet la mention : « Athènes, le 28 septembre 1941 » et énumère ainsi les signataires : pour le KKE (Parti communiste de Grèce) Lefteris Apostolou ; pour le SKE (Parti socialiste de Grèce) Christos Choménidis ; pour l’ELD (Union de démocratie populaire) Ilias Tsirimokos ; et enfin pour l’AKE (Parti agraire de Grèce) Apostolos Voyatzis. Pour « raisons techniques » manquait à cette réunion le représentant du SEK (Parti socialiste ouvrier) qui se joignit aux signataires un peu plus tard.12063591_436664383199246_7130011188769339109_n

Les fondateurs de l’EAM espéraient de nouveaux alliés, c’est pourquoi ils soulignèrent qu’ « afin de pouvoir accueillir toute organisation au sein de l’EAM, il ne serait pas tenu compte ni de son passé ni de ses conceptions concernant la restauration après guerre d’une Grèce indépendante et libre – mais seulement de sa conviction de la nécessité du combat de libération nationale ».

Il est clair que les fondateurs de l’EAM cherchaient à constituer un très large mouvement pour la libération du pays. En fait les deux grands partis qui avaient dominé jusque là la vie politique en Grèce refusèrent toujours les propositions de l’EAM, mais cela n’empêcha pas celui-ci de réunir autour de lui une très grande partie de la population et de mener jusqu’à la libération, en octobre 1944, une résistance qui fut massive et véritablement héroïque.

Tr; Joellle Fontaine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s